mode matching ?

Toutes vos questions sur la lutherie, les réglages etc.
Répondre
Avatar du membre
vavou
Membre Actif 1
Membre Actif 1
Messages : 124
Enregistré le : 03 oct. 2015, 09:10
Localisation : Aix en Provence

au comptoir du mode matching

Message par vavou » 17 nov. 2018, 12:04

moi aussi je peux m'occuper de mon appendice ? :winky:

Alors je ne vais pas me lancer dans une conversation sur le matching mode qui me dépasse un peu , mais comme j'aime bien remettre une pièce dans le juke box, je me lance, et je vous fais par de mes petites marottes à moi .
Plusieurs choses me choquent, ou me surprennent concernant la préparation, les réglages de la Cbasse, et plus encore du Cello.
C'est une forme d''immobilisme conservateur pour le cello, et pour la Cbasse une forme de croyance.
Heureusement il y a tellement différences de tailles et de formes dans la famille de cbasse que cela en fait mon instrument chéri. Il ressemble aux hommes, identiques mais différents.

Si vous voulez bien que l'on se mette d’accord : en jazz, avec un jeu slap sonorisé je ne vois pas l"intérêt d'avoir une basse qui sonne fort, ni qui projette beaucoup . C'est l'ingénieur du son qui va MODELER la texture du son, ou reprendre le son amplifié du jazz man . Alors une basse qui soit facile à jouer ça suffit bien pour faire du jazz, après si elle est belle: tant mieux .
les jazzmen qui jouent uniquement dans la rue et en acoustique, cela je leur tire mon chapeau . Ils peuvent prétendre vouloir améliorer leur babasse.
les autres ...j'vois pas pourquoi. Et c'est un batteur qui vous le dit, car souvent, nous avons un super son de batterie, sauf qu'une fois passé par la fée électricité ...on se retrouve avec un toucher d'une banalité standardisée ...

Le son d'un instrument c'est fonction d'une mode, d'un goût à un moment donné; ou d'un goût cristallisé qui se transmet de génération en génération.
ET puis il y a le pouvoir Psycho-acoustique ...ça fait peur: croyez moi! :ninja:

quels sont les grands bouleversements qui influent le son ?
le passage (presque définitif) fin 19ème siècle/début 20ème de cordes boyau pour des cordes métal . De mémoire d'ancien étudiant, en Allemagne, dans les pays de l'est on a quelque fois gratté du boyau jusqu'en 1930...
Ce changement à influé le timbre carrément ! et on a opéré des changement de réglage aussi .

depuis les année 1970 on recherche pour la contrebasse classique acoustique de la puissance, de la projection tout va dans ce sens . ... voir la taille du chevalet et le montage du sillet du bas des basses Mentec (début 80), on va utiliser de nouveau matériaux aussi , plastique à gogo, câble métal gainé de plastoc pour le cordier etc... tout ce qui exprime de la puissance, même si ça n'est pas avéré. Le câble acier c'est mieux que le boyau ....c'et plus fort ... :lol: à quand un cordier en pierre ? ou en béton ciré miam !

je vous invite à regarder cette vidéo de dingue. je suis complètement admiratif de cet ingénieur Erik Reitzel.
Je passe la vidéo à pas mal de luthiers ...aucuns ne restent indifférents .


Après avoir visionné cela on à une grosse envie de repenser l'âme de la Cb pour en faire une l’âme rainurée .

Je me demande s'il ne faudrait pas faire des ouvertures "ouies" au niveau des filets..je veux dire mettre moins de matière sur la partie de la table qui jointe avec les éclisses. En tout cas repenser la table pour un modèle le plus fin possible, mais sans aller jusqu’à la peau de banjo
bien sûr ! :rotate:

Je trouve aussi que la majorité des piques de la basse bouffent le son. Il me semble qu'il faille poser sur la pique un silent block en silicone un peu souple et que l'on devrait faire concevoir une bague de type joint de silicone pour entourer le trou par où la pique entre dans la basse.

Faire une pique en bronze-cloche, qui est un transmetteurs bien supérieur du son que ne l'est le bois. Sinon une pique en bois à la bonne taille et arrêter d'utiliser des piques qui viennent dans la basse briser la propagation d'ondes sonores . C'est un non sens.

Peut être poser un silent block un peu rigide entre le talon et la caisse de résonance de la basse . Là je suis pas sûr que cette piste soit pertinente, Vincent Busson m'avait expliqué que plutôt pas ...mais je ne sais plus pourquoi... A vous de me dire si cette idée vous semble une piste inintéressante.

Enfin d'un point de vu ressenti acoustique audible par l'oreille humaine, la forme, les réglages des différentes parties de la basse va faire ressortir plus ou moins des fréquences, et leurs harmoniques etc...
D'un point de vue physique acoustique ce qui concoure le plus à la formation initiale du son sont les caractéristiques de la corde, les caractéristiques de l'outil qui met en vibration, et DU CHEVALET et de la forme de son chanfrein .

Avatar du membre
woody_haleine
VIP
VIP
Messages : 2069
Enregistré le : 25 nov. 2008, 00:48

Re: au comptoir du mode matching

Message par woody_haleine » 17 nov. 2018, 15:29

vavou a écrit :
17 nov. 2018, 12:04
en jazz, avec un jeu slap sonorisé je ne vois pas l"intérêt d'avoir une basse qui sonne fort, ni qui projette beaucoup . C'est l'ingénieur du son qui va MODELER la texture du son, ou reprendre le son amplifié du jazz man . Alors une basse qui soit facile à jouer ça suffit bien pour faire du jazz, après si elle est belle: tant mieux .
Pour le Jazz ça dépend de ce que tu entends par Jazz, pour jouer en Slap, Rock etc oui tant que la basse est facile à jouer, l'ampli et DI feront le reste. En Jazz traditionnel, la qualité de la basse fera la qualité du timbre et influencera ta manière de jouer en pizz. Par exemple le fait de pouvoir faire un son pizz "piano crescendo piano" sur une seule attaque main droite est à mon sens possible sur une basse bien réglée et de qualité. Le timbre influence aussi ton touché par rapport à l'instrument.
vavou a écrit :
17 nov. 2018, 12:04
je vous invite à regarder cette vidéo de dingue.
Je ne connais pas Erik Reitzel, visiblement la vidéo est une partie d'un documentaire de plus d'une heure.
Je ne suis pas spécialement touché par "l'architecture de l'arche de la défense", mais le documentaire semble intéressant ...
Ce que je trouve étrange, c'est qu'il parle en particulier dans son exemple sur la fin de la vidéo, de l'influence de la forme de la poutre sur son comportement par rapport à une charge, dans le sens de l'économie de matière. Ce type de forme est liée au moment quadratique de chaque forme de poutre et a été développé depuis bien longtemps, en particulier par Timoshenko et autre. La théorie des treillis est une autre méthode aussi. tout cela repose sur des théories déjà développées depuis les années 1900-1930 ...
vavou a écrit :
17 nov. 2018, 12:04
En tout cas repenser la table pour un modèle le plus fin possible, mais sans aller jusqu’à la peau de banjo
bien sûr ! :rotate:
Je ne crois pas que l'on puisse penser la fabrication d'un instrument comme celle d'une construction. Il y a des corrélations, mais la finalité est différente. Toutes les basses à table fines que j'aie pu jouer, avaient une facilité de jeu, mais certainement pas la qualité sonore des vieilles basses à table épaisse.

Avatar du membre
vavou
Membre Actif 1
Membre Actif 1
Messages : 124
Enregistré le : 03 oct. 2015, 09:10
Localisation : Aix en Provence

Re: mode matching ?

Message par vavou » 19 nov. 2018, 21:53

merci pour ton post Woody Hal . Ce que j’avance est le fruit d'une expérience et d'observations, rien de très scientifique ni de très au fait de la lutherie: je ne suis en rien contrebassiste, alors merci encore d'avoir pris la peine de me réponse. c'est très instructif. :parfait:

E t sinon Erik Reitzel n'est en rien l’architecte de l'Arche de la défense, c'est seulement l'ingé qui avait en charge ( c'est le cas de le dire :mrgreen: ) l’ingénierie de du bâtiment. Parce que avant sa participation un bâtiment carré ça n'existait pas ...la partie haute ne devrait pas tenir debout: et d'avoir conçu puis réaliser cela : c'est un peu exploit !

Répondre