Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Echangez et partagez votre vision et vos idées, discutez de vos différents projets
Avatar du membre
frazi
Nouveau Membre
Nouveau Membre
Messages : 41
Enregistré le : 22 août 2008, 11:50

Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par frazi » 06 oct. 2018, 11:04

Si comme moi vous n’êtes pas très doué pour l’improvisation musicale, et si comme moi vous avez malgré tout un minimum de connaissances en théorie de l’harmonie ainsi qu’un minimum de pratique instrumentale, alors vos compétences en improvisation pourraient bien évoluer favorablement à lumière de cette méthode :
Playing the Changes: Bass de Paul Del Nero professeur associé au prestigieux Berklee College of Music de Boston.

Cette méthode vise à enseigner une approche linéaire de l’improvisation, c’est à dire à tenir un propos mélodique cohérent tout au long d’une grille de « standard » en dépit de ses modulations.

Alors que, comme beaucoup de musiciens embarrassés par la question de l’improvisation, je restais jusqu’à présent accroché aux accords de la grille sans vraiment parvenir à m’exprimer librement en dehors des notes de l’arpège de l’accord courant, faute notamment de parvenir à analyser convenablement la grille, cette vidéo donne un aperçu de ce que j’arrive à faire à présent au bout de la 7° leçon de cette méthode, sur Blue Bossa par exemple. Un cas d’école certes, mais les solutions données sont étonnantes et l’approche novatrice, du moins en ce qui me concerne. Voyez plutôt :

PDN part du principe que dans un « standard » standard comme celui là, il existe certainement une note tonique pouvant servir de référence sur la totalité de la grille (Pitch Axis). On peu supposer qu’en principe il doit s’agir de celle donnée par le premier et le dernier accord de la grille. Un do dans le cas de Blue Bossa. Or la structure de ce morceau est AABA et B module en DbMaj7. PDN fait alors remarquer que la gamme de DbMaj7 n’est autre que le mode locrien de la gamme de C. On peut donc intégralement se référer à la gamme de C en optant pour son mode mineur (aeolin) tout aux longs des A et pour son mode locrien tout le long du B.

Ça n’a l’air de rien, mais ça change radicalement l’approche. Plutôt que de sauter du coq à l’âne en passant de la gamme de Cm à celle de DbMaj sur le pont, on introduit ici la notion de linéarité et de cohérence en conservant une même référence. Seuls les 2 ½ tons de la gamme de do changent de place. Et étonnamment, j’ai le sentiment que par cette approche on entend beaucoup mieux toute la subtilité de la modulation.

Autre astuce. Pour mémoriser les modes PDN segmente les huit notes de la gamme (de la fondamentale à l’octave) en 2 paquets distincts de 4 notes qu’il appelle « tetrachords » et fait remarquer que dans une gamme « occidentale », les deux intervalles d’un demi ton résident nécessairement chacun dans un tetrachord différent. On peut donc généraliser en posant que dans un tétrachord, il existe un intervalle d’un ½ ton et un seul pouvant occuper n’importe qu’elle position d’intervalle possible au sein du tetrachord. Je passe volontairement sur le fait qu’il existe un intervalle entre les 2 tetrachords d’une gamme (simple affaire de convention) et ne retiens ici que le principe établi selon lequel il n’existe que 4 positions possibles pour un ½ ton au sein d’un tetrachord. On a donc en tout et pour tout que 4 types de tetrachords à mémoriser se distinguant uniquement par la place occupée par son ½ ton.
Les 7 modes de la gamme ne résultent que de la combinaison de 2 tetrachords parmi les 4 possibles. Cela simplifie grandement la mémorisation des modes par la simple visualisation mentale des leurs tetrachords. Je ne sais pas si ça peut aider les soufflants et les claviers mais en tout cas ces « pattern » sont très parlants pour les instruments à cordes.

Au final il n’y a donc que 2 combinaisons de 2 tetrachords à mémoriser pour pouvoir improviser de façon cohérente et harmonieuse sur Blue Bossa, soit 4 tetrachrods en tout (3 en réalité car 2 sont semblables) qu’il suffit juste de placer au bon moment, fastoche la partoche !!

L’avantage est que l’on peut travailler par partie, tetrachord par tetrachord, sur tel ou tel groupe d’accords et travailler directement ses « patterns », ou plans, sur la base de ces tetrachords, plutôt que de travailler les arpèges des accords comme on le préconise généralement, ce qui ne peut en aucun cas conduire à la fluidité d’un discourt improvisé sur une grille donnée.

Autre avantage, le morceau devient très facile à mémoriser, l’oreille se repère naturellement dans la structure du morceau et on n’a plus besoin de suivre les accords sur la grille. Enfin libre !! (Nonobstant que les meilleures improvisations sont aussi les mieux préparées).

La méthode est fournie avec un support audio qui comporte un accompagnement piano batterie très agréable pour les playbacks comme vous pouvez le percevoir dans cette démo. Elle donne également accès à des « Pads » d’accords, c’est à dire, pour chacun des accords usuels, l’enregistrement d’un ensemble de renversements aléatoires, à des hauteurs variées. Très utiles pour travailler les tétrachords sur un accord donné.

Si tout se passe bien, je ne manquerai pas de vous faire un retour sur la suite de cette exploration. Je ne suis qu’a la leçon 7 d’une méthode qui en comporte 12 …

En revanche rien pour le moment qui puisse nous faire progresser en matière d’analyse harmonique. Evidement, tant qu’on nous souffle la solution tout est facile. C’est quand on doit se débrouiller seul que ça se gâte ... De mon coté j’ai investi dans un outil qui peut aider dans ce domaine. The Chord Wheel, édité par Hal Leonard. Un abaque circulaire qui met en relation accords et gammes. Je vous en reparlerai si toute fois ça peut aider.



Avatar du membre
Leptimo
VIP
VIP
Messages : 1178
Enregistré le : 19 mai 2010, 18:57
Localisation : Ajaccio

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par Leptimo » 07 oct. 2018, 08:34

Excellent résumé m'sieur!
Intéressant
:parfait: :parfait: :parfait:

gromer
Membre Actif 5
Membre Actif 5
Messages : 760
Enregistré le : 16 févr. 2015, 20:32

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par gromer » 07 oct. 2018, 12:01

merci!

Avatar du membre
Patrick MANET
VIP
VIP
Messages : 4480
Enregistré le : 22 avr. 2006, 00:42
Localisation : La Rochelle

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par Patrick MANET » 07 oct. 2018, 16:30

Comme quoi, une démarche parle à quelqu'un, une autre à quelqu'un d'autre, c'est ce qui est passionnant dans l'enseignement.
Si d'un point de vue théorique une façon de penser te parle plus qu'une autre, sers toi de ça.

Pour ma part, je résonne en nombre de # ou de b, c'est ce qui me convient le mieux, mais ça revient au même.
Le plus important reste l'oreille : entendre ce que l'on joue et jouer ce que l'on entend...

Avatar du membre
katomeria
Membre Actif 4
Membre Actif 4
Messages : 451
Enregistré le : 27 oct. 2011, 09:48

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par katomeria » 07 oct. 2018, 16:43

Patrick MANET a écrit :
07 oct. 2018, 16:30
Le plus important reste l'oreille : entendre ce que l'on joue et jouer ce que l'on entend...
Ca, c'est une phrase top niveau :parfait: :parfait: :parfait: :parfait: :parfait: :parfait: :parfait: :parfait: :parfait: :parfait: :parfait:
Grand mère sait faire un bon café: j'espère qu'elle sait aussi faire un bon groove.

Avatar du membre
frazi
Nouveau Membre
Nouveau Membre
Messages : 41
Enregistré le : 22 août 2008, 11:50

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par frazi » 07 oct. 2018, 16:54

Mis à part la question de l'analyse harmonique qui reste un problème, du moins si tôt que l'on s'attaque à un morceau un peu chiadé, l'avantage de cette approche est qu'elle permet de travailler l'impro par groupe de 4 notes sur un ensemble d'accords donnés. Cela permet de développer son oreille justement, en travaillant les combinaisons de ces 4 notes, le rythme et le phrasé, sans s'occuper d'autre chose que de ces 4 notes et tout en y prenant plaisir car le résultat est immédiat. Eprouver de l'intérêt, et donc prendre plaisir, c'est Le ressort de la pédagogie !!

Avatar du membre
Patrick MANET
VIP
VIP
Messages : 4480
Enregistré le : 22 avr. 2006, 00:42
Localisation : La Rochelle

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par Patrick MANET » 07 oct. 2018, 17:57

frazi a écrit :
07 oct. 2018, 16:54
Eprouver de l'intérêt, et donc prendre plaisir, c'est Le ressort de la pédagogie !!
:parfait: :parfait: :parfait:

Avatar du membre
asr
Modérateur
Modérateur
Messages : 571
Enregistré le : 10 nov. 2016, 17:21
Localisation : Entre Rennes et Mayenne
Contact :

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par asr » 08 oct. 2018, 10:56

C'est marrant, j'ai fait le parcours inverse, je « sais » que je n'évolue que dans une seule gamme (les tetrachords sont implicites), mais je ne sais ni dire pourquoi, ni mettre en relation avec la grille :)

Exemple : 52nd Street. En C. Bah, vu que toute le morceau est construit sur une anatole I V II IV, tu pourrais ne faire que te promener en C. Mais ton boulot, en tant que bassiste, c'est de penser à plaquer les toniques régulièrement, et surtout en fin de grille… pour rappeler aux autres que ça repart au prochain tour :)
--
« Si quelqu'un a compris quoi que ce soit à ce que je viens de dire, c'est que je me suis mal exprimé. » -- Alan Greenspan, économiste
Phil Jones Bass Owner's Club #102

Avatar du membre
Patrick MANET
VIP
VIP
Messages : 4480
Enregistré le : 22 avr. 2006, 00:42
Localisation : La Rochelle

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par Patrick MANET » 08 oct. 2018, 11:11

asr a écrit :
08 oct. 2018, 10:56
ton boulot, en tant que bassiste, c'est de penser à plaquer les toniques régulièrement, et surtout en fin de grille… pour rappeler aux autres que ça repart au prochain tour :)
Oui dans l'accompagnement, mais là il s'agit de phraser pour les solos.

Avatar du membre
frazi
Nouveau Membre
Nouveau Membre
Messages : 41
Enregistré le : 22 août 2008, 11:50

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par frazi » 05 déc. 2018, 08:24

Malgré son caractère encore très scolaire et ses imperfection je vous présente dans la vidéo qui suit le jeu improvisé que je parviens à produire sur "Tune Up", objet de la deuxième étude proposée dans la méthode de Paul Del Nero : Playing The Changes – A Linear Approach to Improvising.

Après avoir abordé la notion de « Pitch Axis », ou note tonale transverse à toutes les modulations d’un standard type, après avoir préconisé l’emploi exclusif de modes basés sur cette note tout au long de la grille afin de favoriser la tenue d’un propos mélodique cohérent et « linéaire », après avoir présenter l’usage que l’on peu faire des tétracordes comme base de travail pour l’oreille, la pratique instrumentale et la mémorisation des modes, cette 2° étude n’introduit rien de plus si ce n’est qu’elle permet d’appliquer ces concepts à un morceau comportant cette fois 3 modulations, ce qui demande un peu plus d'effort pour la mise en œuvre.

Tune Up, dont la composition est généralement attribuée à Miles Davis, encore une fois à tord semble-t-il, et qui porte également le sous titre « When Lights Are Low » dans son album Cookin’, ce qui me paraît nettement plus à propos tellement le thème me semble effectivement peu « éclairé » à moins de s’appeler Sonny Rollins et de pouvoir le jouer à 200, Tune Up dis-je, est un morceau dont le seul intérêt à mes oreilles est de permettre aux débutants de s’exercer aux cadences ii-V-I qui s’enchaînent ici au nombre de 3.

La grille est en effet composée de 4 fois 4 mesures, chaque groupe de 4 mesures correspondant à la cadence ii-V-I d’une gamme majeure facilement identifiable. DMaj7, CMaj7, BbMaj7 puis à nouveau DMaj7. L’exposé du thème étant répété tout bêtement 2 fois, la méthode ajoute une variation en BbMaj7 sur les 2 avant-dernières mesures de la grille lors de la première passe, ce qui apporte une petite difficulté supplémentaire et constitue un passage délicat pour l’improvisation.

L’armure et le dernier accord de la grille donnent la tonalité du thème, Ré Majeur. Ré est donc naturellement la note tonale transverse (pitch axis). Il suffit alors d’utiliser les bons modes en Ré pour conserver cet axe tonal tout au long du morceau. Ré Ionien pour la gamme de DMaj7, Ré Dorien, 2° degré de la gamme de CMaj7, et Ré Phrygien, 3° degré de la gamme BbMaj7 …

Il n’y a plus qu’à s’exercer, tétracorde par tétracorde, mode après mode, ii-V-I après ii-V-I. Ce travail systématique forme l’oreille et permet de repérer les notes peu pertinentes en fonction des passages. Petit à petit on finit par entendre les progressions d’accords et par mémoriser le morceau dans son intégralité. On ne retient au final que les altérations qu’il convient d’utiliser en fonction de l’endroit où l’on se trouve comme Patrick Manet le suggère.

Non que je sois satisfait du résultat, l’épreuve du selfie constitue pour moi, en tant qu’autodidacte solitaire, une démarche pédagogique supplémentaire. Il oblige à aller au bout des choses et à entendre (et même voir …) ses défauts pour peu que l’on ait un minimum d’exigence et d’honnêteté. J’y vois aussi la nécessité de se « confronter » à un auditoire dans l’optique des auditions ou des concerts de fin de trimestre si chers aux conservatoires et aux écoles de musique … Malheureusement ces institutions se focalisent en générale uniquement sur le calendrier de ces auditions qui constituent pour elles la vitrine obligée de leur activité vis-à-vis de leur tutelle et des parents d'élèves, ce qui laisse peu de place pour étudier en vérité et en profondeur les techniques qui permettraient à tous d’accéder à l’improvisation. L’improvisation devient alors une chose mystérieuse et inaccessible à la plupart des apprentis « musiciens » pour ne pas dire taboue. Elle reste majoritairement l’apanage d’autodidactes particulièrement doués ou plus exactement motivés et introspectifs (je ne me reconnais que dans ces 2 derniers caractères hélas). C’est donc aussi pour venir en aide à tout ceux qui comme moi se désespèrent de cette situation que je prends le temps de témoigner de mon cheminement. Je vous donne donc vraisemblablement RDV à l’issue de la 3° étude de la méthode qui porte sur Valse Hot (tiens encore Sony Rollins) en espérant pour mon auditoire bien veillant que j’aurais encore quelque peu progressé en matière d’improvisation …


Avatar du membre
Patrick MANET
VIP
VIP
Messages : 4480
Enregistré le : 22 avr. 2006, 00:42
Localisation : La Rochelle

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par Patrick MANET » 05 déc. 2018, 09:33

Bravo pour ta démarche et tes progrès ! :parfait:
Je ne le dirai jamais assez, s'enregistrer est essentiel, avec l'image c'est un plus non négligeable.
Il y a fort longtemps j'avais suivi un stage avec Gary Peacock. Un des stagiaires avait demandé des conseils sur le choix d'un ampli.
Gary lui a répondu tu as de quoi t'enregistrer ? Non, alors achète d'abord un magnétophone et s'il te reste des sous je te conseillerai pour l'ampli :D

Si je peux me permettre deux conseils pour l'impro :
Raccourcis tes coups d'archet, ça sonne plus "jazz"
A l'archet comme en pizz privilégie davantage les notes "en l'air" sur les contretemps. Tu peux même faire ça sur le thème. C'est une des voies qui vont permettre que cela sonne moins "scolaire" ce que tu reproches à ton jeu ;-)

Encore bravo !

Avatar du membre
frazi
Nouveau Membre
Nouveau Membre
Messages : 41
Enregistré le : 22 août 2008, 11:50

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par frazi » 05 déc. 2018, 10:17

merci pour ces encouragements et précieux conseils !!

Avatar du membre
Maryse
Modératrice
Modératrice
Messages : 8109
Enregistré le : 27 déc. 2006, 14:42
Localisation : Arles
Contact :

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par Maryse » 05 déc. 2018, 18:28

frazi a écrit :
05 déc. 2018, 08:24
Non que je sois satisfait du résultat, l’épreuve du selfie constitue pour moi, en tant qu’autodidacte solitaire, une démarche pédagogique supplémentaire. Il oblige à aller au bout des choses et à entendre (et même voir …) ses défauts pour peu que l’on ait un minimum d’exigence et d’honnêteté. J’y vois aussi la nécessité de se « confronter » à un auditoire dans l’optique des auditions ou des concerts de fin de trimestre si chers aux conservatoires et aux écoles de musique … Malheureusement ces institutions se focalisent en générale uniquement sur le calendrier de ces auditions qui constituent pour elles la vitrine obligée de leur activité vis-à-vis de leur tutelle et des parents d'élèves, ce qui laisse peu de place pour étudier en vérité et en profondeur les techniques qui permettraient à tous d’accéder à l’improvisation. L’improvisation devient alors une chose mystérieuse et inaccessible à la plupart des apprentis « musiciens » pour ne pas dire taboue. Elle reste majoritairement l’apanage d’autodidactes particulièrement doués ou plus exactement motivés et introspectifs (je ne me reconnais que dans ces 2 derniers caractères hélas). C’est donc aussi pour venir en aide à tout ceux qui comme moi se désespèrent de cette situation que je prends le temps de témoigner de mon cheminement.
Oui! Et merci merci pour ça. Cette démarche perso et de partage est méga précieuse. Merci.

Ça a du te prendre un temps de faire cette vidéo! Bravo pour le boulot !

J'aurais un petit retour à faire sur la main droite en walk (mais aussi en pizz en général, dans le solo). N'hésite pas à te baisser un peu dans le casque afin de rentrer dans le lard, d'argougner de manière un peu plus féroce. C'est important avec la contrebasse jazz, selon ma pomme, de rentrer dans l'instrument, ça fait partie de l'histoire et du son de cet instrument. Mais même quand tu bosses chez toi sans casque, n'aie pas peur de faire "grossement" sonner l'instrument.

Avoir un gros son en acoustique c'est important. Comme le disait Timo quand il intervenait sur ce forum "si tu as un petit son acoustique, quand tu seras amplifié, tu auras un petit son amplifié" :D Je ne dis pas que c'est ton cas... juste déjà je trouve la formulation marrante, et en plus, c'est vrai! Le gros son de la contre permet de générer cette assise qui fait parie de notre fonction dans l'orchestre. Entre autres...
Patrick MANET a écrit :
05 déc. 2018, 09:33
Je ne le dirai jamais assez, s'enregistrer est essentiel,
Je plussoie 12 milliards de fois. Au début ça fait saigner des gencives, un peu, puis ensuite on s'habitue et surtout, surtout... ça fait gagner un temps précieux!!! 20 minutes d'enregistrement, 20 minutes de réécoute, chaque fois je me dis que j'ai gagné au moins 4 heures de taf. Ça fait progresser à une vitesse dingue.

Mais la qualité de l'enregistreur est importante, avoir un joli son enregistré permet de ne pas se suicider à coup de plaquettes de chocolat. :D Au début, dans les années 90, je faisais ça avec un walkman Kaiwai et un petit micro cravate. L'horreur absolue. Difficile d'éviter de penser à tout arrêter ensuite...

Mais maintenant, on trouve des ZOOM et consort sur LBC à pas trop cher. Et cette qualité audio est précieuse.

Concernant la qualité du son, je me souviens avoir écouté un extrait de concert il y a qqs temps avec des ricains genre des bons qui jouent méchant, avec Charnett Moffett à la basse. Mais là c'était un cul de console pas mixé, pas travaillé, avec un son 100% piézo pour le bassiste. Une cata. Je ne l'avais pas cru quand on m'avait dit le nom des musiciens! Donc une bonne qualité pour que l'appréciation de son jeu soit bienveillante, c'est important.

Avatar du membre
michif
VIP
VIP
Messages : 2071
Enregistré le : 19 avr. 2011, 06:07
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Playing the Changes: Bass Méthode de Paul Del Nero

Message par michif » 05 déc. 2018, 21:49

Je découvre le sujet frazi.

Super, top et merci pour ce partage.

Cest bien d’avoir un autodidacte méticuleux, clair et partager. Merci à toi

:!: :dem: :mac: :mrgreen: :mac: :arrow: :!: :excla: :chant: :am:

Répondre